Se présenter au comité d’entreprise : ça vous dit ?

    se présenter au comité d'entreprise

    Vous êtes 50 salariés depuis 12 mois. Vous avez bien vérifié que vous avez 50 salariés en CDI et CDD sachant que deux mi-temps valent un salarié unique ? ( Nous sommes désolés mais les alternants ne comptent pas dans la balance… ) Si tout est O.K. pour vous, félicitations, vous allez avoir un Comité d’Entreprise. Vous avez déjà un CE et les nouvelles élections approchent ? Félicitations, vous allez avoir besoin de lire cet article aussi.

    vous êtes élu !

    Installez-vous bien, mettez votre ceinture, car les élections des élus peuvent très bien se passer comme être un véritable parcours du combattant. Nous ne parlerons pas ici des obligations légales pour se présenter au comité d’entreprise ou pour être élu. Vous pouvez retrouver cela sur des centaines de site aujourd’hui. Nous allons plutôt parler de vous ! Car avant de se présenter à une instance représentative aussi importante que le comité d’entreprise il faut déjà savoir dans quoi on se jette.

    Avez-vous vraiment envie d’être élu ? 😤

    Il est très important de se poser cette question avant d’apparaître sur les listes. La mission d’élu de CE vous incombe pendant 4 ans, ce qui nécessite un investissement important tant en termes de temps que de mental. Votre situation dans l’entreprise va changer. Vous allez vous rendre compte que certains de vos collègues vont peut-être se dire que vous profitez de la situation. Votre employeur va peut-être agir différemment avec vous aussi. Et surtout la fusion des instances va être un véritable micmac ! Il est donc, d’après nous, essentiel de bien comprendre la situation sociale de votre entreprise en prenant en compte trois points :

     

    1.La taille de votre entreprise.

    Premier point à jouer dans la balance : la taille de votre entreprise. Nous remarquons que plus la société est grande et plus les situations complexes ont une chance de se présenter. L’augmentation naturelle d’une présence syndicale et surtout d’un tissu social moins épais (vous n’arrivez pas à dire bonjour à tous vos collègues…) vont rendre vos missions plus complexes. Qui dit plus grande entreprise, dit aussi plus de formations car les documents fournis par l’employeur seront sûrement plus lourds à analyser, et la charge de travail peut-être plus importante. Pour autant, qui dit plus grande entreprise, dit plus de budget de fonctionnement et potentiellement un très bon budget d’oeuvres sociales. En somme, de quoi pouvoir se former correctement et donc faire vivre le comité d’entreprise avec les moyens dont il a besoin.

    À côté, une entreprise plus petite et plus familiale ne sera pas non plus une partie de plaisir. Le lien social y étant plus fort, chaque décision devra être bien pesée et votre rôle sera encore plus capital ! Mais vous aurez peut-être la chance d’avoir une écoute plus importante. Mais a contrario un budget réduit.

     

    2.La présence syndicale et la relation avec l’employeur.

    Vous devez ensuite vous poser la question de la présence syndicale. Quels sont les syndicats présents ? Êtes-vous vous-même syndiqué ? Le syndicalisme est en effet quelque chose d’assez étonnant en France. Nous sommes le pays avec le moins de syndiqués mais dont les syndicats sont le plus actif (en effet, en France les négociations syndicales bénéficient à tout le monde contrairement aux autres pays d’Europe). Vous devez donc, avant de vous présenter, comprendre comment les forces syndicales se positionnent au sein de votre entreprise. Sont-elles régulièrement en confrontation avec l’employeur ? Ou entre-elles ? Pensez-vous que vous allez être pris entre deux feux ? Ou envisagez-vous une relation saine entre les différentes instances ? Toutes ces questions doivent être posées ! Vous n’avez pas ou quasiment pas de présence syndicale ? Comment est votre relation avec l’employeur dans ce cas ?

     

    3.Le tissu social de la société.

    Enfin pour vous, comment se compose le tissu social dans votre entreprise ? On peut remarquer, par exemple, que plus une société est composée de cadres, et moins l’action du comité d’entreprise n’a d’écho. Ils ne profitent en général que très peu des subventions et n’attendent pas du CE qu’il défende leurs droits. Votre société est-elle multi-site ? Les salariés ont-ils une bonne relation entre eux ? La direction et le management sont-ils tournés vers le bien-être du salarié ? Si vous prenez l’ascenseur avec un collègue qui ne travaille pas dans votre service, vous dit-il bonjour ? Ces questions sont importantes car elles vont déjà presque définir les futures actions du comité d’entreprise ainsi que la portée de celui-ci. Et donc finalement rendre votre action et surtout la reconnaissance de vos collaborateurs concrète.

     

    Quel est votre motivation ? 💪

    Si pour vous, tout ce qui a été dit au-dessus est une promenade de santé, il est maintenant important de se demander quelle va être votre motivation pour ce poste. Il y a en effet autant de motivations différentes qu’il y a d’élus. Beaucoup de critères vont peser dans la balance, on le sait très bien. Que ce soit votre situation personnelle, votre besoin d’avoir plus de responsabilités, l’envie d’être un contre-pouvoir, de soutenir ses collègues, etc. Dans certains types d’entreprises, cela peut devenir une véritable culture !

     

    Une motivation sociale.

    Le premier type de motivation va être généralement une motivation sociale, donc liée à la défense et au bien-être des salariés de l’entreprise. Votre objectif en tant qu’élu va être d’améliorer au maximum les conditions des salariés. Vous souhaitez devenir un expert du CE pour pouvoir répondre rapidement aux problématiques économiques de l’entreprise. Vous voulez mettre en place le maximum de subventions ou d’ASC pour que vos salariés soient les plus heureux possible.
    L’humain est un animal complexe, et il a plus tendance à se souvenir davantage des mauvaises choses que des bonnes. C’est comme ça. Ne soyez donc pas découragé par les différents murs qui se dresseront devant vous. Mais surtout ne soyez pas surpris par les réactions de vos collègues. Ils ne peuvent percevoir tout ce que vous essayerez de mettre en place. Soyez indulgent et surtout n’oubliez pas de communiquer !

     

    Une motivation sécuritaire.

    La position d’élu vous rassure. Il est vrai qu’en entrant au comité d’entreprise, il ne faut pas se le cacher, vous disposez d’une sécurité salariale plus importante pendant la durée de votre mandat. Mais cette sécurité s’explique logiquement car vous pouvez très rapidement être sous un véritable feu croisé avec la direction.

    la sécurité du ce

    Une motivation personnelle.

    Plus rare mais existante, vous souhaitez être élu de CE pour avoir de nouveaux challenges personnels. Pour vous la vie d’entreprise est une passion, vous souhaitez, par l’intermédiaire de cette nouvelle position, vous mettre en valeur au sein de votre société. Vous êtes à la recherche de nouvelles responsabilités et vous pensez que le travail sera bien fait avec vous aux commandes.

     

    Et pour la suite ?

    Une fois que vous vous êtes posé les bonnes questions, que votre envie est bien présente et que votre motivation vient avec, alors rien ne vous sépare de la position d’élu. Enfin peut-être une chose, être élu ! Et pour cela nous vous conseillons de naviguer sur les sites dédiés à l’élection du CE. Par exemple le blog de Comitéo.

     

    Vous êtes déjà au CE ?

    Nous vous conseillons notre article sur le rôle du CE. Ça peut toujours aider ! 🚀